Cynthia Pajot, psychologue chez Phytalliance

Comment une psychothérapie peut-elle aider à maigrir ?Cynthia Pajot

 

Il est difficile de parler de psychothérapie à distance et encore plus de dire que cela ferait maigrir. Mais pourtant ce dispositif permet de mettre en avant autre chose qu'un problème purement "alimentaire". L'objectif des séances que je propose est de mieux cerner le fonctionnement de la personne, les freins à sa perte de poids liés à sa vie actuelle ou passée et également de mieux comprendre son rapport à l'alimentation.

 

 

Quel type de thérapie mettez-vous en place avec vos client(e)s ? Cognitive, comportementale, etc. ?

 

Psychologue clinicienne de métier, mon référentiel est plutôt analytique, c'est à dire que je fais l'hypothèse de la présence d'un inconscient et en même temps, j'utilise certains outils plus "comportementaliste" que j’ai eu l’occasion de découvrir lors de mes expériences au Canada. Je n'ai donc pas de séances type car je m'adapte systématiquement au patient que je "rencontre".

 

 

A quel moment dans le déroulement du programme Phytalliance intervenez-vous auprès des client(e)s ?

 

Les clients Phytalliance rencontrent dans 90% des cas mes collègues diététicien(ne)s dans un premier temps. C'est pour moi une étape importante dans leur démarche de perte de poids car cela leur permet d'avoir un cadre alimentaire clairement défini et des connaissances sur l'alimentation.
Si les client(e)s rencontrent une difficulté dans la mise en place de leur plan nutritionnel, qu’ils (elles) connaissent des phases de grignotages ou si malgré tous leurs efforts la perte de poids ne suit pas ou n’est pas encore amorcée, ce sont autant de raisons pour lesquelles ils sont orientés vers mon écoute et mon accompagnement.

 

 

Comment se déroule la première séance, puis les suivantes ?

 

Je propose et dispense deux types de séance.
► Les séances sur les pulsions alimentaires : pendant ces séances j'expose aux patients les mécanismes des pulsions alimentaires et leur propose un travail d'observation pour trouver des solutions adaptées. Les objectifs étant de freiner voir idéalement de stopper ces grignotages. Généralement deux àtrois séances sont nécessaires pour observer des résultats concluants.
► Les séances émotionnelles : lors de ces sessions pour plus encore personnelles, voire intimes, je réalise une anamnèse de l'historique de poids – c’est-à-dire un diagnostic qui me permet de retracer à la fois les antécédents médicaux du patient et l'historique de la pathologie actuelle - et des grands événements de vie. J’interroge également mon patient sur son rapport à l'alimentation, son sommeil, son activité physique, etc. le but étant d'identifier ce qui peut freiner la perte de poids pour proposer au patient un axe de travail autour de ces difficultés. Ainsi, il n'y a pas un nombre prédéfini de séances car cela dépend de chaque patient.

 

 

Peut-on parler d'un programme d'accompagnement psycho- nutritionnel et personnalisé ?

 

Il s’agit d’une prise en charge globale de tous les facteurs qui peuvent participer à la perte de poids : alimentation, activité physique, activité professionnelle, vie sociale/familiale, état émotionnel, moral, gestion du stress. Chaque personne ayant un parcours différent, une histoire de vie différente, des ressources différentes, nous sommes évidemment amenés à ne travailler que de manière personnalisée. Nous adapter à la singularité de chaque patient reste indispensable et primordial chez Phytalliance, pour aider nos patients dans leur démarche. Ce qui vaut pour un patient ne vaudra pas pour un autre.